ARMES DE L'ONUCI SAISIES AU CAMEROUN

Publié le par revuedepressecigbagbo.over-blog.com

http://ci.telediaspora.net/portail/portail/photo/image/ONUCI%20helicoptere.jpgAlors que le président ivoirien Laurent Gbagbo n'a pas le droit d'armer ses troupes régulières pour défendre son pays qui souffre des attaques des alliés (Ban Ki-Moon, Choi, OUATTARA et leurs rebelles),  l'ONU  à fournit suffisamment d'armes pour continuer la guerre en Côte d'Ivoire .
 
Trente conteneurs d'armes en direction de Bouaké (capitale de la rébellion ivoirienne) estampillé du sigle ONUCI (l'armée censés maintenir et promouvoir la paix en Côte d'Ivoire) ont été saisis, le vendredi 4 Mars 2011, au Cameroun par les gardes nationaux de ce pays, témoin TWN journaliste dans cette région de l'Afrique. 

Ces conteneurs répartis dans des remorques de 15 camions, qui  ont profités de la nuit pour quitter le Tchad n'ont pas échappés aux douaniers camerounaises qui les conduit à leur hiérarchie. Il est à noter que les conducteurs de ces véhicules ont tentés de mentir aux soldats camerounais en disant que le contenu de ces conteneurs étaitent des vêtements.

Ayant rejoint le convoi au siège de la douane, notre journaliste a été informé par leur chef que «normalement, un convoi de l'Organisation des Nations Unies ne doivent pas provenir d'un pays voisin et les autorités camerounaise croix n'avoir pas été informer préalablement. En tout état de cause, le Cameroun n'est pas en faveur de ce complot  contrece pays frère qu'est la Côte d'Ivoire ".

En demandant à ses chauffeurs de ne pas déclarer le contenu de ces camions et de ne pas informer le Président BYA avant d'utiliser son sol pour le transport de ses armes, Ban Ki-moon, semble enfin décidé de régler le contentieux électoral en Côte d'Ivoire par une intervention armée qu'il avait initié déjà depuis qu'il s'est rendu compte qu'il avait échoué dans la résolution de cette crise.

Laziz OBAME

 

http://www.trueworldnews.net/30%20conteneurs.html

Publié dans Combats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article