Audition Sénateur Inhoffe

Publié le par revuedepressecigbagbo.over-blog.com

J. Inhofe : Le secrétaire d'Etat Fitgerald a parlé des bons traitements que le Président reçoit en ce moment,

et ce n'est pas vrai, et je vais vous montrer que ce n'est pas vrai,

mais si vous partez avant que je n'ai eu le temps de vous le montrer,

je serai plutôt énervé

Je serai ravi de rester et de vous écouter..

Vous seriez ravi de rester et de m’écouter, très bien..

Je serai ravi de rester aussi longtemps que vous le désirez Monsieur,..

Alors, ma question est la suivante combien de fois avez-vous été a Abidjan M. Fitzgerald ?

Hm..trois fois.

Et vous Mademoiselle Lindborg?

Je n'y ai jamais été.

Ok. Laissez-moi vous poser ces deux questions à présent Secrétaire d'Etat Fitzgerald: vous avez entendu ce que j'ai dit sur les élections  par rapport à la démonstration selon laquelle dans une seule région, 94000 voix ont été intentionnellement enlevées et les résultats ont intentionnellement été mal calculés; il y a une preuve officielle de cela. Ils (les observateurs internationaux) ont répondu qu'il s'agissait d'un document frauduleux, donc je vous ai écrit une lettre pour vous enjoindre de vérifier vous-même ce qu'il en était; je vous demande en quoi est-ce un document frauduleux?

Monsieur, je ne peux pas vous dire si ce document est frauduleux ou pas..

Ok très bien..

Monsieur, je ne peux pas vous dire si ce document est frauduleux ou pas. Nous avons basé nos conclusions et l'acceptation du résultat des élections sur la certification faite par le secrétaire général Choï.

Mais ça ne répond pas à ma question!

Pardon?

Ils ont dit que c'était un document frauduleux, et je veux savoir en quoi ce document est frauduleux.

Excusez-moi Sénateur..

..Vous représentez le département d'Etat, ainsi je vous demande de répondre à cette question. Est-ce que vous avez nue preuve quelconque qu'il s'agit d'un document frauduleux? Juste oui ou non suffira parce que je ne veux pas perdre de temps sur ça.

Sénateur, je ne peux pas vous dire si ce document est frauduleux ou pas.

Ok..Plusieurs..Affichez l'une des photos là-bas qui illustre mon propos. Vous parlez de réconciliation, et du fait que Ouattara va inviter des membres du gouvernement Gbagbo a rejoindre son gouvernement.

            En voici justement un, la photo en haut à droite.

            Il était sous le gouvernement Gbagbo le secrétaire d'Etat chargé de  l'Intérieur, c'est ça?..

            Ah oui, Ministre de l'Intérieur. Les rebelles lui ont d'abord tiré dans le visage,

puis ils l'ont laissé lentement mourir de ses blessures dans d'atroces souffrances.

            Pensez-vous que cela entre dans le processus d'intégration des ministres du gouvernement          Gbagbo dans celui de Ouattara?

  • Non non bien sûr, je partage votre répulsion et votre rébellion

à l'égard de toutes les attaques de ce type envers les droits de l'Homme.

Cependant, je suis sûr qu'il s'agissait d'un contexte de guerre ouverte, il était donc très difficile..

  • Non, ça c'est après! C'est arrivé après les conflits..
  • Pardon?
  • C'est arrivé après les conflits Monsieur le Secrétaire d'Etat.
  • Oh, excusez-moi mais j'ai cru que vous disiez que les conflits étaient toujours en cours..
  • Non c'est arrivé après les conflits, là où le Président Gbagbo et ses soutiens s'étaient réunis. J'ai moi-même parlé..
  • Monsieur..
  • J'ai moi-même parlé, ne m'interrompez pas. J'ai moi-même parlé à des amis de Gbagbo, à des membres de son gouvernement dont je tairais les noms sinon ils vont être tués dans la minute qui suit, et vous le savez aussi bien que moi.

Je vous pose à vous Mademoiselle Lindborg cette question:

Nous avons trois zones dans lesquelles un très grand nombre de personnes ont été tuées par les forces de Ouattara, par exemple dans la ville de Duékoué.. Affichez la photo d'abord..

Est-ce que vous savez à peu près combien de personnes ont été tuées dans cette ville? Et on sait aussi que c'est arrivé alors que les forces de Gbagbo étaient parties.

Alors, combien de personnes ont été tuées?

C'était il y a plusieurs semaines maintenant, alors vous devriez au moins avoir un chiffre approximatif. Combien de morts?

  • Hm..D'après ce que j'ai compris, ils sont toujours en cours de comptage du nombre exact.

Comme le Secrétaire d'Etat Fitgerald l'a dit, le comptage des victimes sera une étape cruciale dans le processus de guérison.

  • Oh vraiment? La guérison est la priorité pour vous quand vous voyez tous ces morts??

Bon, venons-en aux bombardements de l'armée française et des nations unies sur Abidjan..(Laquelle je prends? On a bien des photos de ça non? Il me semble bien oui, on en a même plusieurs).

Voilà. Je sais que vous n'y avez jamais été, le Secrétaire d'Etat Fitzgérald y a été trois fois, moi-même j'y ai été quinze (15) fois.

J'ai parcouru chaque kilomètre carré de cet endroit que vous voyez derrière moi. Pourquoi ont-ils laissé des gens s'installer massivement dans cette zone-là s'ils savaient qu'ils allaient la faire exploser? Que des centaines, des milliers même de personnes y perdraient la vie.

Regardez, là dans ce feu elles y sont.

Combien de personnes y sont mortes d'ailleurs, vous avez un ordre d'idée?

Et les bombes sont indéniablement celles des Français et des Nations Unies puisque nous avons les images de leurs hélicoptères. Sur les 50 000 personnes là-bas, environ combien sont mortes lors de ces attaques?

Oui c'est à vous que je le demande.

  • Moi? Hm.. Je n'ai pas de chiffre exact, comme je viens de le dire, ils sont toujours en cours de comptage.

Mais vous savez pour avancer, un pays qui a été embourbé dans un conflit depuis une décennie,

doit s'assurer que les différents mécanismes mis en place, la Commission «Dialogue, Vérité et Réconciliation», la Cour Pénale Internationale, la Commission d'enquête, peuvent nous permettre..

  • D'accord, d'accord, ça ira Mademoiselle Lindborg. Je ne voudrais pas être impoli, et vous être une personne très gentille,

mais ne nous écartons pas du sujet, moi je vous parle de ce qui s'est passé avec le troisième élément. Je vais vous poser ma question, et je n'ai besoin que d'un oui ou non..

(montrez la photo des jeunes)

Ce sont des jeunes qui ont constitué un bouclier humain autour du Palais présidentiel.

Ces enfants n'avaient aucune arme, si ce n'est des bâtons et des battes de base-ball.

Les voilà, dans ces quatre (4) photos, et ma question est la suivante, et il devrait être plus facile pour vous d'y répondre qu’aux précédentes:

Avez-vous une idée du nombre de jeunes qui sont morts là-bas?

  • Sénateur, nous comprenons bien votre indignation et nous la partageons en rapport à ce qui a pu se passer là-bas.

Notre priorité est d'apporter une assistance humanitaire aussi vite et aussi efficacement que possible..

  • Ok, laissez-moi reprendre parce qu'on s'égard là.

Je sais ce que vous voulez faire en termes d'assistance humanitaire, puisque vous avez commencé au tout début par cela.

Mais ce n'est pas du tout le sujet aujourd'hui avec moi.

Est-ce que vous voudriez bien tous les deux..

Parce que nous sommes inquiets, surtout à propos de la réconciliation, et tout le monde ici l'est ou en tout cas devrait l'être.

Est-ce que vous seriez prêts tous les deux à proposer, lorsque vous irez à votre prochaine réunion..

Il y a deux possibilités:

la première est de faire passer les époux Gbagbo devant la Coup Pénale Internationale

ce qui signifierait que ça y est, ils sont partis, c'est fini

et ce qui suivrait est encore plus de meurtres et de violence, et vous le savez comme moi

et c'est ce que tout le monde ici voudrait éviter.

La logique pour moi serait de les autoriser à s'exiler.

Est-ce que vous seriez prêts, tous les deux, à admettre

qu'il s'agirait là d'un pas décisif vers la réconciliation

et qui vaille la peine d'être considéré.

  • Hm..Je crois qu'il y a eu une période durant laquelle cela a été proposé

mais là c'est trop tard,

ils ont été attrapés,

ils vont peut être être sous le coup d'accusations par la CPI

qui apparemment va bientôt faire partir son équipe

et la commission d'enquête est au travail.

S'ils sont reconnus coupables de crimes, il faudra qu'ils fassent leur peine de prison,

            Telle est la comptabilité qui nous occupe en ce moment.

  • Je savais que vous diriez ça.

Et, au fait, cette proposition a été faite largement dans les temps

Quand vous dîtes que « ce n'est plus le moment de faire ce genre de proposition »,

sachez que cette proposition avait déjà été faite au moment où il le fallait.

Et je sais qu'il ne me reste pas beaucoup de temps ici aujourd'hui,

mais je dirai simplement, que je crois du plus profond de mon cœur,

après avoir moi-même été dans ce pays,

que ça serait la meilleure solution.

Il y a eu des propositions venant de partout,

Monsieur Fitzgerald quand vous parliez de l'Union Africaine,

vous avez entendu la déclaration que j'ai faite sur le Président Obiang,

vous avez parlé du commentaire fait par l'ancien Président Sud-Africain Mbeki..

Je crois que...L'élément récurrent chez la plupart des Présidents africains à qui j'ai parlé personnellement, parce que j'en connais pas mal, c'est que la façon dont tout cela a été fait,

l'ingérence de ces forces militaires étrangères dans un pays souverain,

les Français, les Nations Unies qui ont en fait provoqué la situation actuelle,

constitue une véritable offense à l'indépendance de ces Etats africains,

quelque chose qui nous ramène à l'époque coloniale,

et ils en ont vraiment été touchés..

Merci Monsieur le Président,

  • Je vous en prie Monsieur le Sénateur. Mademoiselle Lindborg, Monsieur le Secrétaire d'Etat Fitgerald, merci beaucoup pour votre présence, pour vos témoignages aujourd'hui..

 

 

 

Commenter cet article