Côte d’Ivoire : l’Hôtel du Golf sous contrôle de l'armée

Publié le par revuedepressecigbagbo.over-blog.com

samedi 2 avril 2011

 

 

 

ABIDJAN – L’hôtel du Golf est passé « sous contrôle de l’armée ivoirienne depuis ce samedi matin » a annoncé Alain Toussaint, un conseiller du Président Laurent Gbagbo.

L’opposant Alassane Ouattara a « fui les lieux à bord d’un char de l’ONUCI vers une destination inconnue » affirme en outre Alain Toussaint.

 

Des témoins sur place avaient indiqués à Directscoop, vendredi matin, que l’hôtel du Golf (ex-siège de l’opposant Alassane Ouattara) était « complètement vide ». « Nous avons visité les lieux, il n’y avait plus personne » avait confirmé Amara S, ajoutant que seulement des débris étaient visibles.

Selon les riverains des quartiers environnants, « des échanges de tirs ont eu lieu toute la nuit ». « Ils ont tiré à l’arme lourde depuis hier (jeudi, ndlr) jusqu’à vendredi. Le matin on a aperçu les premières voitures circuler sur la voie » raconte une habitante de la Ciad, un quartier situé non loin du Golf hôtel.

D’abord quartier général d’Alassane Ouattara pour les élections, le Golf hôtel est devenu pendant de nombreux mois le siège du candidat malheureux du second tour de la présidentielle de novembre 2010 , et de son « gouvernement ».

Plusieurs centaines de forces rebelles y ont résidé sous la protection des soldats de l’opération des nations unies en Côte d’Ivoire.

 

Le président ivoirien Laurent Gbagbo avait mis un blocus, empêchant M. Ouattara et « sa troupe » de quitter par la route leur « hôtel ».

 

L’abandon du « Golf » par le président du Rdr (rassemblement des républicains) a été constaté vendredi alors que la tentative de pénétration dans la capitale ivoirienne par les combattants fidèles à Ouattara s’est soldée par un échec après s’être heurtée à une riposte farouche des forces de défense et de sécurité.

C’est au Golf hôtel, que le président de la commission électorale Youssouf Bakayoko a été contraint de donner des résultats qui ont été invalidés par le conseil constitutionnel, la plus haute instance juridique, qui a reconnu le président Laurent Gbagbo vainqueur du second tour de l’élection présidentielle 2010 avec plus de 51%.

Source : DirectScoop.net

 

http://www.afriscoop.net/journal/spip.php?breve6587

Publié dans Combats

Commenter cet article