Crise à la Bicici – Le Directeur des Ressources Humaines et 18 agents licenciés sans préavis

Publié le par revuedepressecigbagbo.over-blog.com

 

 

http://ivoiregazette.com/wp-content/uploads/2011/03/bicici3.jpg

Ivoire Gazette – Il y a crise à la BICICI, la filiale abidjanaise de BNP

Paribas. C’est le branle bas chez les agents qui ont collaboré avec le régime Gbagbo alors que la banque avait suspendu ses activités à Abidjan. Chronologie des faits.

 

De sources concordantes, tout remonte au 14 Février 2011. Lorsque prétextant la difficulté d’opérer dans un contexte de compensation manuelle et de faible visibilité de la situation comptable, suite à la décision de la BCEAO de fermer ses agences en Côte D’Ivoire, la BICICI à son tour fermait ses portes.

 

Suite toujours à cette fermeture, l’instruction aurait été donné depuis le siège de Paris aux responsables locaux de procéder à la paie des salaires des mois de Février et Mars des agents uniquement à l’agence Micro-Cred sis à Adjamé, le vendredi 18 Février.

 

Entre temps, le 17 Février, le Gouvernement Aké N’Gbo prenait un décret portant nationalisation de la BICICI et de bien d’autres banques. Avec obligation pour les agents de reprendre le travail sous peine de se voir radiés. Dès lors, les choses vont se compliquer.

 

En effet, pendant que la paie se faisait à la date et au lieu prévus, voilà que des agents de police font irruption et s’empare sous la menace de leurs armes de l’argent. Et mettent aux arrêts 4 employés. Sur ce, selon notre source les délégués du personnel entrés en négociation avec les autorités sont sommés contre la libération de leurs camarades, de lancer un appel à la reprise du travail. Ce qui fût fait.

 

C’est ainsi que sous la menace des armes pour certains et le soucis de sauvegarder leur emploi pour d’autres, plus de 200 employés reprennent le chemin du travail sous la direction d’un nouvel administrateur provisoire commis par le gouvernement en place.

 

Ce sont ces derniers qui depuis, la normalisation de la situation socio-politique par la prise de pouvoir du président Alassane Ouattara sont l’objet de multiples harcèlements, jusqu’au licenciement de 19 employés. Alors que, Jean-François Fichaux, Dg de la BICICI au cours d’une conférence de presse tenue le 10 Mai dernier soutenait le contraire. A ce sujet disait-il, « aucune chasse aux sorcières n’est engagée systématiquement contre un certain nombre de nos salariés qui ont fait le choix d’offrir leurs services actifs aux occupants de la banque, sans tenir compte des décisions de la direction ».

 

D’où le désarroi dans lequel sont plongés ces employés, qui pour la plupart totalisent près de 10 ans de service. Ils crient donc injustice, d’autant plus qu’ils auraient souhaité que si la faute lourde dont ils sont accusés était avérée, qu’on licencie tous ceux qui sont concernés et non une poignée. Encore que, les autres banques confrontées à la même situation n’ont pas agi dans ce sens.

 

Pour l’heure, ces agents préconisent plutôt un départ négocié dans le pire des cas, sinon la reprise du travail. En attendant bien sûr de saisir les autorités compétentes. Nous-y reviendrons.

 

http://ivoiregazette.com/actualite/crise-a-la-bicici-le-drh-et-18-agents-licencies-sans-preavis/

Commenter cet article