Juste pour rigoler, un article sur le voyage d'ADO à Ouaga

Publié le par revuedepressecigbagbo.over-blog.com

Vous noterez le niveau du journaliste qui à mon avis doit rêver de lécher les pieds de son président dictateur chéri. Notez cette phrase "Lorsqu`à 10 heures 30, le chef de l`Etat ivoirien fait son apparition du haut de l`échelle de coupée, c`est l`extase".

Sinon s'ils l'aiment tellement, les burkinabés n'ont cas garder ADO, c'est cadeau!

 

 

En visite d`amitié et de travail au "pays des hommes intègres", hier : Le président Ouattara crée l`émeute à Ouaga

 

Succès populaire, succès diplomatique, renforcement de l`axe Abidjan-Ouaga pour l`épanouissement des peuples ivoirien et burkinabè ainsi que les échanges et le développement de la Côte d`Ivoire et du Burkina Faso. Autant dire que la visite d`amitié et de travail effectuée par le chef de l`Etat Alassane Ouattara a été une réussite à tous les niveaux.
On peut le dire, le président Blaise Compaoré a relevé le défi de réserver, à son hôte de marque hier, un accueil digne, enthousiaste et populaire, celui qu`on réserve à un frère qu`on estime, au chef de l`Etat d`un pays voisin avec lequel on veut bâtir, pérenniser et même renforcer des relations fraternelles séculaires. Des faits marquants. Hier, c`était en effet à bord d`un avion de la présidence burkinabè que le chef de l`Etat et sa délégation ont effectué le voyage Abidjan-Ouaga en aller et retour. Hier, les présidents Alassane Ouattara et Blaise Compaoré, comme s`ils s`étaient téléphoné, étaient sanglés de costume de même couleur, bleu marine. Hier encore, il n`y avait pas d`autres mots pour caractériser l`accueil immense réservé au président ivoirien que de parler de fête, de liesse populaire, de mobilisation énorme de la population ouagalaise et de ses autorités de l`aéroport international de Ouagadougou, à l`hôtel Libya de Ouaga 2000, et au Palais de Kossyam. Une mobilisation au succès duquel il faut ajouter la forte colonie ivoirienne de Ouaga avec à sa tête le nouvel ambassadeur en poste dans ce pays, SEM le Pr Abdou Touré. Plus de trois quarts des ambassadeurs accrédités au Burkina étaient également mobilisés pour soutenir le président Blaise Compaoré et son gouvernement à l`aéroport. Depuis 7 heures, la population était déjà en place dans l`enceinte et aux alentours de l`aéroport, dans une ambiance électrique, soutenue par des sonorités zouglou, la fanfare municipale de Ouagadougou, ainsi que des danses traditionnelles. Des milliers de jeunes et de femmes vêtus de T-shirt à l`effigie du président Ouattara ont fait la fête, défiant la canicule qui écrasait Ouaga. Lorsqu`à 10 heures 30, le chef de l`Etat ivoirien fait son apparition du haut de l`échelle de coupée, c`est l`extase. Les services de sécurité sont forcés d`utiliser les grands moyens pour contenir une foule en delire qui scande sans discontinuer ``ADO, ADO, ADO``. Le président Compaoré s`avance pour échanger des accolades chaleureuses avec son hôte, puis, les deux hommes se prêtent aux honneurs militaires d`un bataillon de la garde républicaine avant de passer en revue l`impressionnante mobilisation des officiels en file indienne. Le président du Faso et son hôte s`engouffrent ensuite dans le salon présidentiel de l`aéroport pour l`échange des nouvelles avant de prendre la route de l`hôtel Libya. Où le président Ouattara a marqué une escale d`une heure et demie pour échanger avec ses compatriotes. Avant de rejoindre le président Compaoré au Palais de Kossyam. Là, les deux chefs d`Etat partageront un déjeuner, puis se retireront pour une séance de travail dans le bureau du chef de l`Etat du Faso. Tout s`est déroulé ici, dans un réel esprit de fraternité et de famille, parfois en se passant des services de leurs protocoles respectifs. Blaise Compaoré et Alassane Ouattara semblaient vouloir dessiner quelque chose de neuf dans les relations ivoirio-burkinabé. Ils semblaient indiquer à leurs proches collaborateurs une orientation nouvelle de ce que devront être désormais les relations entre ces deux pays que tout réunit et que rien ne devrait diviser.

Akwaba Saint Clair
Envoyé spécial à Ouaga

http://news.abidjan.net/h/399166.html

Publié dans Divers

Commenter cet article