Le mégasyndicat international du crime - 1re partie CHRONIQUES DE BERNARD DESGAGNÉ

Publié le par revuedepressecigbagbo.over-blog.com

http://www.lequebecois.org/chroniques-de-bernard-desgagne/le-megasyndicat-international-du-crime-1re-partie

Les pires criminels savent se donner bonne apparence. Les Hells Angels n’installent pas leur repaire devant un bar de danseuses. La famille Rizutto ne vend pas de stupéfiants dans ses résidences luxueuses. Parlez-en aux voisins, à Cartierville, et ils vous diront que les mafiosos sont des gens paisibles qui ne dérangent personne. Beaucoup plus polis et souriants, en fait, que la police de Montréal lorsqu’elle rend visite aux «rats mangeux de marde et gratteux de guitare», pour reprendre une expression à la mode au Québec.

 


Dans la seconde partie, demain, il sera particulièrement question de la venue à Québec du chef de guerre et terroriste ivoirien Guillaume Soro, auquel Ottawa accorde gentiment un visa, comme si de rien n’était. 

 Les Québécois d’origine ivoirienne et leurs sympathisants seront dimanche à 15 heures devant l’Assemblée nationale, à Québec, pour manifester leur ras-le-bol à l’égard de l’injustice institutionnalisée par des criminels comme Nicolas Sarkozy, François Hollande et Stephen Harper, qui protègent de sombres individus comme Soro, qui n’hésitent pas à faire assassiner des innocents, tant que ça se passe loin de leur pays, et qui monopolisent les tribunes médiatiques au nom d’une certaine «communauté internationale» dont le seul argument est le mensonge. Joignez-vous à nous.


Le mégasyndicat international du crime ne fait pas exception. À l’instar des Hells Angels et de la mafia, les membres du mégasyndicat ménagent leur voisinage et envoient leurs hommes de main commettre leurs crimes à l’abri des regards, pour que l’odeur de la mort ne les atteigne pas. Ils ont l’air éminemment respectables aux yeux de ceux qui ne font pas partie de leurs victimes. Ils font, dans leur pays, la chasse à des terroristes qu’ils encouragent pourtant à terroriser ailleurs, par exemple, en Syrie.

Qui sont les barons de ce mégasyndicat? Ce sont des individus comme Benyamin Netanyahou, George Bush, Tony Blair, Bill Clinton, Barack Obama, David Cameron, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, François Hollande et Stephen Harper. Auteurs de crimes de masse contre l’humanité, ils ont des millions de victimes à leur tableau de chasse et sont les funestes héritiers d’une tradition barbare de carnages qui remonte au moins aux croisades et qui connait un nouvel essor depuis le démembrement de l’Union soviétique. Autrement dit depuis que plus personne ne semble pouvoir les arrêter par la force, seule logique qu’ils comprennent.

Psychopathes avérés, les barons préparent actuellement d’autres crimes immondes, notamment la guerre contre l’Iran, un pays qui n’attaque personne et qui ne possède pas l’arme atomique, contrairement à Israël. Cette guerre risque de durer de nombreuses années, de se propager dans une grande partie du monde et de causer des massacres spectaculaires. À votre petit écran prochainement. De quoi stupéfier certaines consciences endormies.

Le mégasyndicat international du crime a ses pourvoyeurs de fonds: les oligarques du grand capital apatride, patrons des barons. Ce sont des magnats comme les Desmarais, par exemple, actionnaires de référence de Total, qui se sont réjouis en secret du massacre de milliers d’Ivoiriens par Nicolas Sarkozy, grâce auquel ils ont pu reprendre tranquillement le pompage du pétrole du golfe de Guinée. Ce sont également George Sorros et les dirigeants de Goldman Sachs, qui tirent les ficelles du capitalisme financier un peu partout pour saigner les États à blanc et qui, avec le complexe militaro-industriel, sont parmi les principaux instigateurs du terrorisme pratiqué par Israël, les États-Unis et leurs vassaux en vue de supprimer les empêcheurs d’endetter en rond.

Le mégasyndicat international du crime a aussi un grand nombre d’exécutants de diverses natures, du soldat aventurier qui explose sur une bombe artisanale en Afghanistan au dictateur d’une néocolonie africaine, en passant par le chef de guerre cupide et cruel, parrainé par Washington ou Paris, et l’agent de relations publiques grassement rémunéré pour répandre des écrans de fumée, dans un média, une université ou une fausse ONG. Les agents de relations publiques sont particulièrement importants, car ce sont eux qui maintiennent les électeurs occidentaux dans un coma profond les empêchant de prendre conscience des crimes des barons.

Le système des vérités officielles

Même si les preuves des manipulations passées de l’opinion publique sont abondantes, le peuple peut encore être facilement berné par des manipulations semblables. En effet, les moyens de diffusion énormes des médias ont un effet structurant sur la pensée. Après avoir pris connaissance de cas patents de désinformation massive, beaucoup de gens continuent de gober les mensonges fabriqués en série par les salles de rédaction parce qu’ils ont peine à concevoir le monde autrement que selon le schéma de pensée qui a pris racine en eux et dont ils sont devenus très dépendants, à force d’être intoxiqués quotidiennement. Je n’arriverai certainement pas à convaincre tous les sceptiques qui trouvent que j’exagère, mais, vu la gravité de l’enjeu, ma conscience m’ordonne d’expliquer et de démontrer encore. 

Les agents de relations publiques du mégasyndicat international du crime ont pour fonction, entre autres, de cultiver des croyances sur une longue période pour en faire des vérités officielles. Ainsi, même les pourfendeurs des bombardements de l’OTAN en Libye se sentiront obligés de commencer leurs réquisitoires contre les crimes de masse de l’Occident en se dédouanant à l’avance: «quoique Kadhafi fût un dictateur sanguinaire…», disent-ils. Ils craignent à raison de subir l’inquisition médiatique s’ils osent contester une vérité officielle.

Pourtant, il devrait être normal de rappeler que, jamais, du temps de Kadhafi, un diplomate étasunien n’a été assassiné en Libye comme ce fut le cas le 11 septembre 2012 à Benghazi. Un groupe armé, paradoxalement aidé par les États-Unis à ravager la Libye en 2011, a tué l’ambassadeur Chris Stevens et trois autres Étasuniens. En 2006, les États-Unis avaient même retiré la Libye de leur liste d’États terroristes, ce qui était du reste la moindre des choses, puisque Kadhafi n’a jamais eu quoi que ce soit à voir avec l’attentat de Lockerbie et puisqu’en 1986, ce sont les États-Unis eux-mêmes qui ont commis un attentat terroriste à Tripoli, c’est-à-dire un bombardement qui a entrainé la mort de la petite fille adoptive de Kadhafi et qui a été ordonné par Ronald Reagan.

Mais, dans l’univers des vérités officielles, il n’est pas normal de penser librement et de parler honnêtement. Les chasses aux sorcières existent bel et bien. Pendant la dernière campagne électorale, au Québec, un jeune candidat d’Option nationale, Mikaël Saint-Louis, a gouté à la médecine que réservent les agents de relations publiques du mégasyndicat international du crime à toute personne qui acquiert une certaine notoriété et qui remet en question des vérités officielles.

«Kadhafi et Staline s’invitent dans la campagne électorale québécoise!», titrait le Journal de Montréal, dans le blogue de Taïeb Moalla, lui-même meneur de claque des rebelles intégristes dépeints naguère comme des combattants de la liberté en Libye, mais devenus rapidement assassins de diplomates. Les journalistes étant protégés par le corporatisme médiatique, M. Moalla n’a jamais eu à répondre à des questions embarrassantes sur ses accointances islamistes. En revanche, Mikaël Saint-Louis, lui, s’est vu harcelé par la presse pour avoir remis en question des fictions élevées au rang de vérités.

Évidemment, les journalistes n’agissent pas toujours machiavéliquement, pour intimider, bâillonner ou dénigrer les objecteurs. Ils ont une autre motivation. Le système des vérités officielles est une mine d’or pour eux puisqu’il leur permet de fabriquer aisément des scandales qui font vendre de la copie, qui plaisent au patron et qui sont un facteur d’avancement. Quand il faut pondre un article tous les jours, en retour d’un généreux salaire, on doit saisir les occasions au passage, faute de pouvoir vraiment enquêter.

Par ailleurs, on dit souvent que les journalistes sont simplement paresseux et qu’ils ne prennent pas le temps d’aller au fond des choses. On dit aussi qu’ils sont ignorants ou incompétents. C’est sans doute vrai dans certains cas, mais cette incompétence est instrumentalisée par des manipulateurs qui savent très bien ce qu’ils font.

Un cas flagrant d’utilisation de l’incompétence pour désinformer

J’ai enregistré un cas flagrant d’utilisation de l’incompétence journalistique le 1er avril 2011 à 14 h 34. Une journaliste, Mélanie Bourgeois, interviewait Jean-Hilaire Yapi au sujet de la crise ivoirienne, sur les ondes du Réseau de l’information (RDI), une chaine télé de Radio-Canada. Vous trouverez cette entrevue ci-bas, sous la rubrique «Cinéma-vérité».

Dans la vidéo, on voit bien Mme Bourgeois consulter son portable pour y trouver les questions tendancieuses qu’on lui souffle. Quelqu’un avait préparé le scénario. Il fallait premièrement montrer que M. Yapi était un partisan de Laurent Gbagbo, présenté en introduction comme un dictateur qui résistait dans son bastion grâce à ses troupes d’élite, donc que M. Yapi n’était pas crédible. 

Deuxièmement, Radio-Canada voulait faire ressortir les méthodes prétendument violentes et antidémocratiques de M. Gbagbo, qui avait, dit-on, choisi d’encercler son adversaire, de le menacer et de le garder prisonnier dans un hôtel, ce qui était du reste totalement faux. Troisièmement, on voulait laisser entendre qu’en «s’accrochant au pouvoir», Laurent Gbagbo entrainait ses compatriotes dans un bain de sang auquel il aurait pu mettre fin en obéissant à la «communauté internationale», nom que Radio-Canada emploie pour désigner le mégasyndicat international du crime. 

Toutefois, Jean-Hilaire Yapi s’est révélé plus convaincant que RDI ne l’avait prévu. Lorsqu’il a commencé à rappeler les vérités officielles invoquées dans un passé récent par la «communauté internationale» pour raser des pays comme l’Irak et l’Afghanistan, le réalisateur a abruptement mis fin à l’entrevue, faite en direct et jamais rediffusée. Prenez six minutes et trente-cinq secondes pour visionner ce morceau d’anthologie de la désinformation par l’incompétence; vous n’en reviendrez pas.

Pendant toute la crise postélectorale en Côte d’Ivoire, du 28 novembre 2010 au 11 avril 2011, date de l’enlèvement de Laurent Gbagbo, président dument élu de la Côte d’Ivoire, sous les bombes françaises, Radio-Canada s’est livrée à une intense campagne de désinformation inversant totalement la réalité. Elle a participé à un coup d’État et aux activités criminelles des terroristes à la solde d’Alassane Ouattara, qui ont mis la Côte d’Ivoire à feu et à sang à partir de 2002, avec l’aide de la France et des mercenaires onusiens. 

Depuis le renversement de Laurent Gbagbo, Radio-Canada occulte volontairement le drame quotidien vécu en Côte d’Ivoire. Sous la férule de Ouattara, ce pays magnifique est devenu une dictature brutale et génocidaire alors que Sarkozy, Obama, Harper et cie prétendaient y faire régner la démocratie. Même affaire qu’en Libye, quoi. Ayant écrit un certain nombre de fois sur la Côte d'Ivoire, spécialement à l’intention du public québécois, qui ne suit pas nécessairement de manière assidue l’actualité africaine, j’invite mes compatriotes qui souhaitent en savoir davantage à regarder le documentaire Laurent Gbagbo, un homme une vision et à consulter les textes suivants:

Si beaucoup de journalistes sont incompétents, paresseux ou coincés dans les exigences de leur employeur, je suis d’avis que nombre de leurs collègues, notamment des spécialistes, des correspondants à l’étranger, des affectateurs, des réalisateurs et des directeurs de l’information, sont parfaitement conscients de leur mission de désinformation et n’hésitent pas à manipuler leurs collègues et à organiser le mensonge en toute connaissance de cause.

Les légendes d’épouvante

Que le comportement des journalistes s’explique par la paresse, l’incompétence ou la complicité, le résultat est le même: les vérités officielles s’incrustent lorsqu’elles sont façonnées au fil de milliers de reportages. Elles peuvent même acquérir leurs lettres de noblesse dans des livres ou d’autres œuvres primées et encensées par la critique — par exemple, les écrits de la blogueuse cubaine Yoani Sánchez, coqueluche de Radio-Canada —  et dans les travaux des universitaires serviles, qui ne manqueront pas de sources concordantes à citer puisque les reportages pleuvent et reprennent tous les mêmes mensonges.

Museler ou marginaliser tout contradicteur n’est pas le but principal des vérités officielles. Elles servent surtout à créer des monstres qui deviennent les personnages principaux des légendes d’épouvante. Comme leur nom l’indique, ces légendes ont pour fonction d’épouvanter le bon peuple et de le rendre malléable. Les médias occidentaux avaient fait de Kadhafi le monstre d’une légende d’épouvante, ce qui a permis aux barons de commettre les pires crimes en Libye tout en se faisant passer pour de preux chevaliers.

Aujourd’hui, Kadhafi étant hors d’état de nuire aux bénéfices de Wall Street, son fantôme n’est plus présent dans les médias que pour discréditer d’autres indésirables, comme les candidats d’un parti préconisant l’indépendance du Québec. Les agents de relations publiques s’affairent au façonnement d’autres légendes, qui servent à justifier des agressions en cours, notamment en Syrie, ou qui serviront un jour ou l’autre à attaquer d’autres adversaires économiques. Nous en reparlerons dans la deuxième partie.

Lire le second article

 


Cinéma-vérité


Vidéoclip du chanteur ivoirien Serges Kassy qui dénonce l’œuvre de la succursale française du mégasyndicat international du crime en Côte d’Ivoire. Le mérite de cette chanson est de pointer du doigt les barons et leur armée, plutôt que de se borner à accuser les exécutants locaux que sont les petits dictateurs, les rebelles et les mercenaires en tous genres.


Grâce à une bonne amie ivoirienne bien branchée, j’ai eu le grand privilège de rencontrer Serges Kassy au Ghana, le 7 septembre 2011.
 Il m'a alors fait écouter en primeur sa chanson «C'est vous».


 

Dans une entrevue de Jean-Hilaire Yapi, à l'émission RDI en direct, le 1er avril 2011 à 14 h 34, la journaliste Mélanie Bourgeois affirme sans ambages que Laurent Gbagbo est au pouvoir depuis trente ans, alors qu’il ne l’est que depuis dix ans, y compris huit ans où il a dû combattre une rébellion appuyée par la France et les Nations Unies. Laurent Gbagbo, qui, gracieuseté d’Alassane Ouattara et de Luis Moreno Ocampo, est aujourd’hui prisonnier à La Haye, n’a jamais emprisonné ni ses adversaires, ni les journalistes. Au contraire, il les a toujours traités aux petits ognons. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire subit un régime ultrarépressif où les opposants sont tués, emprisonnés ou pourchassés. Vers la fin de l’entrevue, Mme Bourgeois demande à M. Yapi: «[Laurent Gbagbo] a donc raison de tenir tête à la communauté internationale, selon vous, malgré ces souffrances […] éprouvées par les civils présentement?» M. Yapi lui répond: «C’est qui, la communauté internationale, Madame? […] Je me rappelle très bien les mensonges qui ont été servis par la communauté internationale pour aller faire la guerre en Irak. Les interventions en Afghanistan ont été construites sur du mensonge. Alors, est-ce que la communauté internationale est beaucoup plus crédible que […] les Ivoiriens aujourd’hui?» Pris de panique, le réalisateur indique à Mme Bourgeois de mettre abruptement fin à l’entrevue, sous prétexte qu’il ne reste plus de temps.



OummaTV reçoit Bassam Tahhan, professeur français d’origine syrienne et porte-parole du Collectif pour la Syrie, un organisme qui n’est pas financé par des intérêts étrangers et qui, par conséquent, a un discours très différent de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, fausse ONG abondamment citée par Radio-Canada. Entrevue très intéressante.



Voici un échantillon de l’œuvre des amis de Stephen Harper et de John Baird en Syrie. Les dirigeants canadiens sont parfaitement au courant des méthodes employées par leurs protégés, qu’ils persistent à présenter comme des «manifestants pacifiques», qui luttent pour la liberté et qui ont bravement pris les armes pour défendre la population syrienne contre la répression de Bachar el-Assad. Voilà pourquoi je n’hésite pas à qualifier Ottawa de repaire de barons du mégasyndicat international du crime. Images horrifiantes: coeurs sensibles s'abstenir.



Israël et le tabou de la bombe: documentaire que vous ne verrez pas à Radio-Canada et qui raconte comment Israël s’est doté secrètement de l’arme atomique. Ce pays a toujours refusé de signer le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, donc n’est soumis à aucune inspection. Le documentaire nous apprend entre autres que les États-Unis ont failli se servir d’engins nucléaires contre l’Égypte. À l’époque, ils avaient une petite gêne, car les Soviétiques étaient capables de leur rendre la monnaie de leur pièce.


 

La bombe à tout prix: documentaire surréaliste diffusé récemment par Radio-Canada, qui sert à répandre une légende d’épouvante. Véritable psychose, la peur que l’Iran se dote de l’arme nucléaire est cultivée pour que l’on puisse justifier une attaque contre ce pays, comme on a justifié l’attaque de l’Irak en invoquant des armes de destruction massive qui n’existaient pas. Cette fois, les barons et leurs agents de relations publiques ont opté pour une autre stratégie que le mensonge pur et simple. Ils admettent que l’Iran n’a pas d’armes nucléaires et se soumet aux inspections de ses installations, qu’il enrichit l’uranium seulement jusqu’à 20 %, ce qui est très loin de la concentration de 90 % nécessaire pour fabriquer une bombe, qu’Israël et les États-Unis assassinent des scientifiques iraniens et qu’ils attaquent les installations iraniennes avec des virus informatiques. Mais les barons du crime comme Stephen Harper et John Baird nous disent que l’Iran est quand même un pays dangereux et qu’il faut rompre les liens diplomatiques et infliger au peuple iranien des sanctions inhumaines causant entre autres des pénuries de médicaments. Autrement dit, les barons misent sur la peur irrationnelle. Demain, ils nous diront que, les sanctions n’ayant pas fonctionné, il faut arroser l’Iran avec une pluie de missiles et de bombes, voire avec des engins nucléaires, pour éviter qu’il se dote éventuellement de l’arme nucléaire. Comble du cynisme, les pays qui nourrissent la légende d’épouvante sur l’Iran passent leur temps à agresser d’autres pays, prétendument pour y défendre la démocratie, tandis que l’Iran n’attaque personne. Les États-Unis sont eux-mêmes détenteurs d’un arsenal nucléaire massif et sont le seul pays à s’être déjà servis de la bombe atomique, contre des civils de surcroit. L’horreur et les mensonges des tragédies d’Hiroshima et de Nagasaki sont révélés dans l’excellent documentaire Le soleil noir d’Hiroshima, de Kenichi Watanabe.

Commenter cet article