Ouattare gouverne : Les Ivoiriens manquent d'eau et de nourriture

Publié le par revuedepressecigbagbo.over-blog.com

Même si la crise politique touche à sa fin, près de 800 000 déplacés ont toujours besoin d'aide en Côte d'Ivoire et luttent pour leur survie, selon la Croix-Rouge.

storybild

Les populations en Côte d'Ivoire souffrent du chaos qui règne encore dans le pays, selon la Croix Rouge. (photo: AFP)

«Il est urgent que la communauté internationale recentre son attention sur la crise humanitaire qui prévaut en Afrique de l'Ouest», a déclaré René de Vries, coordinateur des opérations pour la Fédération internationale de la Croix- Rouge et le CICR au Libéria. «Nous faisons face à des besoins immenses et de l'aide d'urgence doit être fournie maintenant», a-t-il dit.

«La nourriture et l'eau manquent et il n'y a pas assez d'abris et de latrines pour les personnes déplacées», a expliqué Momodou Lamin Faye, représentant régional de la Fédération pour la région Sahel. Le coût de la vie a augmenté avec la flambée des prix des denrées alimentaires et des autres articles essentiels comme les médicaments du fait de leur rareté.

 

Hôpitaux et centres de soins pillés

 

La Fédération va accroître sa présence en Côte d'Ivoire et va intensifier son action en distribuant de la nourriture et des kits d'urgence. Elle va fournir des abris et des services d'eau et d'assainissement et aider les gens à retrouver leurs moyens de subsistance. La Fédération a lancé un appel de près de 3 millions d'euros, mais à ce jour n'a reçu qu'une fraction de ce dont elle a besoin, a indiqué l'organisation.

 

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix- Rouge de Côte d'Ivoire ont indiqué pour leur part renforcer leur soutien à des structures médicales dans le pays et mettre en place des cliniques mobiles. «De nombreux hôpitaux et centres de santé ont été pillés ou abandonnés et ont un besoin urgent de médicaments, de pansements et d'autre matériel médical», a expliqué Popol Lobo Biduaya, coordonnateur des activités médicales du CICR dans le pays.

Mardi, deux cliniques mobiles ont commencé à faire le tour des quartiers à Abidjan pour soulager des malades et blessés. Chaque clinique mobile comprend un médecin, une infirmière et une sage- femme de la Croix-Rouge ivoirienne. Dans l'ouest du pays, mais également à Korhogo, Bouaké et Man dans le nord, San Pedro et Aboisso dans le sud, le CICR a assisté 17 hôpitaux ces derniers jours.

 

http://www.lessentiel.lu/fr/news/monde/story/11405735

Commenter cet article