Lundi 30 mai 1 30 /05 /Mai 08:56

Il était intéressant de voir l'investiture de Ouattara en tant que Président de la Côte d'Ivoire au milieu de ses partisans français, ceux des Nations Unies, les bouchers et assassins de ses forces armées. Cela m'a rappelé le vieux proverbe Igbo "Umunna Ikwikwi Ahuru nyuru si Ya Ya kwere egwu, ha si ya tufia anghi ekwere IHE Ojoo egwu" "Un hibou péta et demanda à être loué par ses parents, ils se moquaient de lui et lui dirent qu'il n'était pas l'ayant droit à la danse de l'abomination". Le spectacle entier était une abomination.

Ce nouveau président de la Côte d'Ivoire, un ressortissant de nationalité Burkinabé, a été installé dans son siège par une campagne meurtrière de la violence contre une population civile désarmée en grande partie par l'armée française, l'ONU, une bande de policiers Nigérian connu sur le nom de "Kill and Go" et les rebelles, "dozos et des mercenaires" recrutés dans le but de tuer les Ivoiriens fidèles au président Gbagbo. Ils sont descendus dans une orgie de viols, d'assassinat, de pillage et destruction sans motif des bâtiments du gouvernement et des commerces privés. Les «rebelles» ont détruit presque tous les bâtiments du gouvernement, ils ont détruit presque tous les documents publics; ils ont détruit toutes les universités et la plupart des écoles, et ils allèrent dans une frénésie de pillage et ces attaques ont fait près de 2.000 étudiants morts en l'espace d'une semaine. A l'intérieur du pays, ces rebelles arrêtaient les cars et les voitures de personnes fuyant le carnage. Si les gens étaient Guéré, Bété ou tout groupe qui ne pouvaient pas comprendre ou parler le dioula ou le malinké (les principales langues du Nord), ils sont fusillés sur place. Cela atteint son paroxysme à Duékoué où près de 800 personnes avaient été massacrés dans les tout début.

A Abidjan, dans des endroits comme Yopougon le massacre continu contre d'anciens membres des forces restées loyales à Gbagbo et les politiciens qui lui sont fidèles, sont rassemblés par les rebelles, puis tué sur le coup ou détenu pendant un certain temps dans les prisons. Le blâme est placé sur "anonymement" des mercenaires libériens, pour justifier leur crime. Il s'agit là d'une fiction complète car les mercenaires libériens ont pris leur butin volé, pris possession de toutes les voitures gouvernementales et camions, et sont rentrés chez eux au Libéria il y a des semaines de cela.

Ainsi donc, la «communauté internationale» a soutenu la réinstauration de l'état colonial français dans le pays et a offert un soutien et assistance à Ouattara. Ils ont refusé l'entrée des avocats français de Gbagbo et, avec un toupet incroyable, ils ont entamé des procédures judiciaires contre Gbagbo pour "crimes de guerre". L'utilisation, par les Nations Unies et les Français d'hélicoptères de combat russes dans leur façon de dynamitage de la résidence de Gbagbo a été précédé par des jours de bombardement à travers Abidjan où des milliers de civils innocents ont été tués ou blessés par les balles et les missiles lancés à partir de ces hélicoptères de combat. Ces hélicoptères de combat sont déployés à une distance d'environ 2 km de leur cible. Les Mi24 et Gazelles ont pilonné des zones civiles. Ces hélicoptères de combat ne sont pas précisément des armes à ciblage exacte. Il y a une dispersion d'au moins 15% de toutes les armes de chaque côté. Rien n'est guidé avec ces types d'appareils. Cela signifie que si vous tirez à 2km, vous avez un écart de 300 m au moins (environ 150 mètres de chaque côté de la cible dans une zone urbaine;.. qui couvre une large bande de civils innocents. Les Français et l'ONU le savait, mais cela n'a fait aucune différence pour eux. Ils ont maintenant latitude d'accuser les troupes de Gbagbo de crimes de guerre. Les ONG internationales ne sont pas non plus mieux.

Pour être juste, la bagarre sanglante lancée par les rebelles et les Nations unies après le deuxième tour de l'élection présidentielle contesté en Décembre 2010 et la déclaration précipitée et erronée que Ouattara avait gagné n'était pas l'origine du conflit. Le plan avait déjà été établi en 2002 avec le petit groupe de soldats mutins de Guéi mécontents avec le soutien des Français. Cela a eu pour effet de diviser le pays en deux. Cette partition a survécu jusqu'à l'Accord de Ouagadougou, quand les rebelles de nouveau ont accepté de désarmer et l'ONU a envoyé des casques bleus musulmans du Pakistan, du Maroc, de la Jordanie, du Bangladesh, etc pour promouvoir la neutralité et la paix dans ce qui est devenu conflit à la fois religieux et politique.

Sans entrer dans l'histoire de la Côte d'Ivoire et de ses pourparlers de paix et d'accords, certains éléments clés peuvent être vus. Le point le plus saillant est que depuis le début il y a eu un accord par les parties en compétition en Côte d'Ivoire et aussi que l'ONU devrait désarmer les rebelles. Malgré au moins cinq accords cela n'est jamais arrivé et l'ONU n'a jamais appliqué cela, ni même forcer les rebelles à cela. Les élections de 2005 ont été reportées par l'ONU au motif qu'il ne pouvait y avoir une élection juste sans le désarmement. Pourquoi l'ONU n'a jamais imposé ses propres conventions, jugements et obligations car cela serait une leçon de pointe. La «communauté internationale» appuyé par l'ONU essayait d'éviter de prendre ses responsabilités. Comme l'Etat français étaient en train de planifier son coup de force et d'attaques contre les forces de Gbagbo personne n'avait la moindre des attentes ce côté-là, mais l'inertie de l'ONU a laissé perplexes de nombreux observateurs.

Le second élément en jeu est la trahison du PDCI et du RDR. Les deux parties ont été légalement partie prenante du gouvernement Gbagbo et obligé, en vertu de la Constitution de lutter contre les rebelles. Les deux traîtreusement les ont soutenus à la place. Ils ont pris les sièges du Cabinet avec les rebelles dans les gouvernements de coalition forcé sur la Côte d'Ivoire. Un gouvernement plus confiant et confident aurait mis aux arrêts Ouattara et Bédié et les inculper pour trahison au lieu de les récompenser. Le meilleur précédent pour cela est le fameux discours d'Abraham Lincoln en 1858 qui reflète la situation Côte-d'Ivoire, «Une maison divisée contre elle-même ne peut subsister. Je crois que ce gouvernement ne peut pas supporter, de façon permanente, esclave moitié-moitié libre. Je ne m'attends pas à ce que  l'Union soit dissoute- Je ne m'attends pas à ce que la maison tombe (faillisse) – mais je m'attends à ce qu'il cesse d'être divisé. Le tout deviendra une chose ou l'autre». Les Ivoiriens manquent une telle vision et leurs maîtres coloniaux font en sorte que cela ne puisse arriver.

En tout état de cause, que peut-on attendre d'un gouvernement Ouattara? Il n'y a aucune chance qu'il y ait une réconciliation pour les meurtres et la destruction délibérée par ceux qui l'ont soutenu. Il y aura un ressentiment farouche sur le rôle de la communauté internationale et une durable hostilité ethnique. Il y a beaucoup de soldats de Gbagbo encore dans le pays et nombreux sont ceux qui seront de retour en provenance du Ghana et du Libéria. Leur temps viendra.

Alors que la chouette continue à péter, il ne saura jamais convaincre quiconque qu'il n'est pas toujours une abomination.

Dr. Gary K. Busch

 

Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Impérialisme de la France
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés