Un journaliste assassiné, un journal d’opposition traqué, les règlements de compte se poursuivent en Côte d’Ivoire

Publié le par revuedepressecigbagbo.over-blog.com

 PUBLIÉ LE MARDI 24 MAI 2011   Reporters sans frontieres

Reporters sans frontières est choquée d’apprendre l’assassinat de Sylvain Gagnetaud, membre au bureau de l’Organisation des journalistes professionnels de Côte d’Ivoire, rédacteur-adjoint et présentateur d’émissions à la Radio de Yopougon, commune d’Abidjan, théâtre ces derniers mois de violents affrontements entre les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) du Président Alassane Ouattara et des miliciens de l’ancien président, Laurent Gbagbo. Sylvain Gagnetaud était connu pour sa proximité avec le Front Populaire ivoirien (FPI), le parti de Laurent Gbagbo, manifestée lors de ses activités journalistiques. Selon des sources convergentes, il aurait été arrêté lors d’une opération de ratissage des forces pro-Ouattara dans le quartier de Koweït à Yopougon, aux environs du 8 mai, et exécuté peu après, en compagnie de jeunes suspectés d’être des miliciens. Cette nouvelle accablante est inquiétante pour l’avenir des médias en Côte d’Ivoire, où les journalistes et les médias affiliés à l’opposition sont traqués par les bandes armées. Ce mardi 24 mai, Nina Bolou, directrice de la société éditrice du quotidien d’opposition Le Temps, dont la réouverture est prévue dans les jours qui viennent, a été arrêtée dans les locaux du journal par des hommes armés.

Reporters sans frontières constate avec une grande déception que l’heure semble plus que jamais aux règlements de compte en Côte d’Ivoire, où la situation demeure toujours tendue et délicate pour de nombreux journalistes. La capacité des forces de l’ordre à faire la lumière sur ce crime aura valeur de test pour les autorités nouvellement investies. Reporters sans frontières exhorte la justice ivoirienne à retrouver et à juger les commanditaires de cet assassinat afin de mettre un terme à l’impunité. L’organisation appelle ainsi le gouvernement du président Alassane Ouattara à tenir ses promesses et à créer les conditions d’une presse libre et indépendante.

Après la chute de Laurent Gbagbo, la radio Yopougon avait été attaquée puis incendiée dans la nuit du 13 au 14 avril 2011. Craignant pour ses jours, Sylvain Gagnetaud avait tenté de fuir, à cette date, alors que le quartier de Yopougon était le lieu de violents combats. Les circonstances de son arrestation et de sa mort restent floues. Malgré la nouvelle encourageante du retour en kiosques de la presse d’opposition, et les promesses faites, les journalistes politiquement engagés auprès de Gbagbo lors des violences électorales, sont traqués. Nina Bolou, directrice des ressources de Cyclone, la société éditrice du journal Le Temps, a été arrêtée ce matin par des hommes armés inconnus. Elle s’était rendue dans les locaux du journal afin de dresser l’état des lieux avec un avocat et un huissier, en vue de la réouverture prochaine du quotidien.

http://fr.rsf.org/spip.php?page=article&id_article=40344

Commenter cet article