Résistance

Dimanche 12 juin 7 12 /06 /Juin 07:54
Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Dimanche 12 juin 7 12 /06 /Juin 07:07
Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Samedi 4 juin 6 04 /06 /Juin 06:50
Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Samedi 4 juin 6 04 /06 /Juin 06:47

Message de La Majorité Présidentielle Gbagbo sur Facebook
Ne prêtez aucune attention aux vidéos et à l'interview de Jeune Afrique (magazine de la France-Afrique) sur Blé Goudé; les réseaux français du chef rebelle alassane dramane ouattara cherchent par tous les moyens à localiser le général en faisant des montages grossiers. Le général se porte très bien, la lutte continue....

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRSBWAwScykhU4yvebV7dJzewt7_-_KJRFqAkqW1WOSj8d70CWW8Q

 

Dans une interview exclusive à Jeune Afrique, la première qu’il accorde depuis sa mystérieuse disparition (J.A. n° 2630, en kiosques du 5 au 11 juin), Charles Blé Goudé revient sur le coup d'Etat de la France contre la Côte d'Ivoire.

Un coup d'Etat qui a vu la chute du président Laurent Gbagbo, légitement et légalement élu, dont il demande la libération immédiate.

 

Même en exil, le "général" Charles Blé Goudé manie le verbe comme une épée - ou comme un bouclier. Mais il n’aime pas « parler dans le bruit », dit-il dans une interview exclusive à Jeune Afrique (n° 2630, en kiosques du 5 au 11 juin). Raison pour laquelle il a préféré attendre que cesse le vacarme des armes en Côte d'Ivoire pour sortir de son silence.

 

Après avoir rendu publique une lettre le 31 mai, dans laquelle il fustige les exactions des forces pro-ouattara, il prône désormais la voie de la réconciliation : « Je suis prêt à jouer ma partition (…) et les acteurs politiques - au pouvoir ou dans l’opposition - doivent reconnaître leur part de responsabilité ».



N’a-t-il pas joué un rôle majeur dans la mobilisation des patriotes contre l’avancée des forces pro-Ouattara pendant la guerre ? Sur ce point, il tient à faire valoir qu’il a « refusé d’appeler les jeunes patriotes à descendre dans la rue pour éviter des tueries massives. » Le président Gbagbo lui a-t-il donné des instructions dans un sens ou dans un autre ? Charles Blé Goudé botte en touche, tout en réclamant sa libération. Mais il assume ses propre ambitions politiques, qui « restent intactes ». Son retour, dit-il, ne fait aucun doute. « Dès que les conditions seront réunies, je réapparaîtrai… »

Au 5, pour la suite...

http://cotedivoire-lavraie.over-blog.fr/article-interview-exclusive-de-charles-ble-goude-accordee-a-jeune-afrique-75619126.html

Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Mercredi 1 juin 3 01 /06 /Juin 20:33
Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Mercredi 1 juin 3 01 /06 /Juin 17:25

 


 
Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Mardi 31 mai 2 31 /05 /Mai 08:33

Communiqué de presse du Porte parole du Président Laurent GBAGBO

 Dignite' Ivoirienne

 

 

La situation de guerre que la France impose à la Côte d’Ivoire sans une déclaration préalable de guerre a déstabilisé la société ivoirienne en ouvrant une plaie béante et en engendrant des problèmes politiques nouveaux.

 

C’est le cas de l’assassinat, de l’arrestation et la détention arbitraires d’hommes politiques, d’enseignants, de Hauts cadres de l’Administration, de syndicalistes, de journalistes, d’étudiants, voire de simples anonymes pour délit d’opinions. Nombreux sont nos compatriotes qui sont soit assassinés soit continuent de subir des exactions sur la base de leur appartenance ethnique ou partisane. Tout ceci est de nature à mettre à mal l’unité nationale et a fini par nous convaincre de la volonté de la France de remettre en cause les acquis de notre lutte commune de plusieurs décennies pour l’instauration de la démocratie et des libertés individuelles au service de la Souveraineté de la Cote d Ivoire. Cette lutte a valu au président Laurent GBAGBO lui-même, à sa famille et à ses compagnons plusieurs arrestations et humiliations de la part de ses adversaires politiques.

C’est pourquoi, face à des problèmes politiques d’une telle importance, la polémique de l’entrée ou non du Front Populaire Ivoirien (FPI) dans un Gouvernement paraît inappropriée et indécente au regard de l’ampleur des dégâts causés par la guerre de la France contre la Côte d’Ivoire. Le Président Laurent GBAGBO s’étonne que cette question fasse l’objet de tant d’attentions et de passions alors que les problèmes politiques relevés et soulignés sont encore pendants et ne font même pas l’objet d’intérêt pour connaître un début de solution.

A ce propos, le Président Laurent GBAGBO rappelle, que le Président de son Parti, M. Pascal AFFI N’Guessan a été arrêté, maltraité et déporté au Nord de la Côte d’Ivoire pour avoir fait publier un simple communiqué donnant la position du FPI sur l’évolution de la situation politique nationale.

Bien avant, le Président Laurent GBAGBO, a été lui-même arrêté en même temps que les deux premiers Vices Présidents du FPI, M. SANGARE Aboudramane et Mme Simone EHIVET GBAGBO respectivement Inspecteur d’Etat et Député à l’Assemblée Nationale et Présidente du groupe parlementaire FPI avant d’être tous déportés et mis en résidence surveillée au Nord au mépris des règles élémentaires des Droits de l’Homme.

En outre, le Premier Ministre, le Professeur Aké G.M.N’GBO et les membres de son Gouvernement sont soit détenus, soit en exil quand ils ne vivent pas dans la clandestinité.

Le Président Laurent GBAGBO fait remarquer que conformément aux lois ivoiriennes, il a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle et que s’il se trouve en résidence surveillée à KORHOGO, c’est bien parce qu’il a perdu la guerre absurde que le Président Français a décidé de lui faire suite à un banal contentieux électoral pour lequel les institutions ivoiriennes ont une compétence exclusive, comme c’est le cas partout ailleurs dans le monde. C’est pourquoi le Président se félicite de la décision sage que le comité central du FPI a prise lors de sa dernière réunion.

 

Par ailleurs, il tient à relever que pendant toute la durée de la crise, aucune institution de l’Etat, aucune unité militaire n’a rejoint le camp de l’ennemi. Toutes les Institutions de la République lui sont restées loyales. Le peuple est reste soudé derrière les institutions qu’il incarne. Les composantes essentielles de notre pays ne pouvaient pas toutes se tromper en même temps.

Le Président Laurent GBAGBO continue de se poser la question suivante : « pourquoi a-t-on préféré la guerre qui a entrainé une si grande désolation à une simple opération de recomptage de voix déjà connue sous d’autres cieux » ?

Il pense que la guerre faite par le Président SARKOZY à son pays a ouvert une plaie douloureuse pour son peuple qui ne peut se cicatriser par la seule entrée du FPI au gouvernement.

L’intervention massive de l’armée française dans notre pays qui rappelle les premières heures de la colonisation soulève des problèmes politiques de fond qui nécessitent un débat franc et constructif avec la France.

Le Président tient à rappeler, si besoin en était encore, que son engagement politique se fonde sur la promotion de la démocratie et de la dignité africaine, le tout dans le respect de nos lois. Or, les derniers évènements sont une négation de toutes ces valeurs qui ont toujours guidé son action politique depuis plus de 40 ans.

Le Président tient à informer ses compatriotes qu’il n’entend pas renoncer à l’idéal de son combat politique. Toutefois, il reste ouvert à toute démarche pour une vraie réconciliation des Ivoiriens entre eux d’abord, avec la France ensuite, qui ne pourra se construire qu’autour de la vérité sur l’indépendance et la souveraineté de la Côte d’Ivoire, au terme d’un vrai débat sérieux et responsable.

Le Président continue de prier pour tous ceux qui ont souffert et continuent de souffrir de cette terrible tragédie. Il s’incline devant la mémoire des morts de cette guerre et apporte toute sa compassion à leurs familles. Il souhaite un prompt rétablissement à tous les blessés. Il exprime son soutien à toutes les victimes des pillages et autres actes de vandalismes.

Il invite les Ivoiriens à continuer de croire en leur pays, à persévérer dans l’espoir d’une Côte d’Ivoire souveraine, démocratique et prospère.

Que Dieu bénisse la Côte d Ivoire

Fait a Abidjan le 30 mai 2011

Pour le Porte parole du Président GBAGBO

PO. Bernard HOUDIN

Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Mardi 31 mai 2 31 /05 /Mai 08:21

Mes chers compatriotes,

Si certains ont  souhaité  madisparition physique, d'autres, plus nombreux certainement, aimeraient me voir en vie afin que je puisse participer au débat politique dans notre pays, la Cote d'ivoire.

Dans tous les cas, cette situation m'aura permis d'expérimenter la symbolique des funérailles du vivant dont me parlait souvent mon grand père.

En effet, vivant, j’ai assisté à mes funérailles à plusieurs reprises. Je sais que toutes les tentatives des uns et des autres pour me tuer sinon physiquement à tout le moins médiatiquement sont la preuve de l’intérêt qu’ils portent à  ma personne et à  notre combat.

A ceux qui ont jubilé à l’annonce de ma prétendue mort je souhaite longue vie.  La vie humaine est sacrée. Toutes nos croyances ne nous enseignent- elles pas que nul ne doit ni souhaiter  ni fêter la mort de son prochain, fut-il son pire ennemi? Et dire que parmi ceux qui ont jubilé à l’annonce de ma ''mort'' se trouvent certains individus se targuant d’avoir été mes collaborateurs(?)

Je voudrais inviter ces papillons politiques toujours à la recherche du nectar à méditer les paroles suivantes: " ce sont les abeilles qui produisent le miel".

A vous qui, jusqu’ à cette adresse, portiez dans la tristesse et le silence le « deuil », soyez rassurés, je suis bel et bien vivant!

Mes chers compatriotes,

 Je sais tout ce que nous subissons dans nos quartiers, nos villages, nos campements, sur nos différents lieux de travail...

Je sais que des villages entiers ont été incendiés obligeant de nombreuses populations paysannes à trouver refuge en brousse.

Je sais que, invitées à reprendre le service, les forces de l’ordre formées par l’Etat de Côte d’ivoire sont traquées, humiliées voire assassinées.  La dernière trouvaille serait de  payer leurs salaires désormais main en main. Du jamais vu !

Je sais que pour échapper à la furie des tortionnaires de nombreux Ivoiriens sont aujourd’hui refugiés dans des pays voisins sans le moindre sou.

Le fait d’avoir battu campagne pour La Majorité Présidentielle (LMP) étant désormais considéré comme un crime dans notre pays, nous continuons de subir  des exactions de tout genre.

Chaque jour, d’honnêtes citoyens sont pris en otage. Les  plus chanceux sont libérés moyennant une rançon  dont le montant varie selon les humeurs de leurs bourreaux.

Il ne se passe pas un seul jour sans que nous ne soyons dépossédés de nos biens. Les véhicules, les appareils électroménagers, les fauteuils sont emportés au nom de la démocratie. Même  les casseroles, les verres, les cuillères  n'échappent pas à leur appétit. 

Je sais aussi que certains Ivoiriens, malgré leur appartenance au RHDP, ont vu leurs biens, fruits de plusieurs années de durs labeurs, emportés ; d'autres ont même été tués.

Sous le fallacieux prétexte de recherche de caches d’armes, ils tuent, violent et traumatisent impunément.

Mes chers compatriotes,

Voici autant d’actes qui sont en total déphasage avec l’esprit de réconciliation dont notre pays a plus que jamais besoin; réconciliation dont j'avais déjà ouvert les chantiers a travers plusieurs actions pour tenter de réduire la fracture sociale déjà trop profonde. Souvenons-nous de la Caravane de la Paix.

En clair, au delà des slogans, la réconciliation doit se traduire en actes concrets surtout quand l’on sait que le président Gbagbo et plusieurs de ses compagnons sont illégalement incarcérés et isolés dans le nord  de la Cote d’ivoire.

En outre, notre pays, atteint du syndrome de l’allégeance et de la ‘’postophilie’’, enregistre le retour de caméléons politiques qui se vantent d’avoir prédit ce que nous vivons aujourd’hui.

Ces nomades politiques sans conviction accusent aujourd’hui le président Gbagbo de tous les maux d’Israël.

Comme vous le savez, chers concitoyens, quelle que soit la virulence d'une épidémie elle ne contamine jamais tout le monde. C’est pourquoi, je voudrais  rassurer mes frères Ivoiriens et Africains que dans ce capharnaüm, je demeure lucide.

Mes chers compatriotes,

 Dans cette douloureuse épreuve, sachons rester dignes et solidaires. A ce stade de mon propos, je voudrais remercier tous ces Africains et Africaines pour leur soutien à cet autre virage dans l’histoire de notre continent. Point n'est besoin de douter car dans cette montagne de désespoir doit nécessairement se creuser un véritable tunnel d'espérance pour le bonheur des générations futures.

En ce qui concerne les sujets qui engagent la vie et l’avenir de notre pays, la COTE D'IVOIRE, je me prononcerai  prochainement.

Je suis vivant !

Que Dieu bénisse la Cote d’ivoire.

 

Charles Blé GOUDE

 

Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Lundi 23 mai 1 23 /05 /Mai 14:17
Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Vendredi 20 mai 5 20 /05 /Mai 08:46

drapeau-civ.png

Le drapeau mis à jour

 

 

L'HYMNE MIS  À JOUR

 

Salut ô terre d'espérance

Pays de tous les ivoiriens

Tes légions remplies de vaillance

Ont relevé ta dignité

 

Tes fils chère Côte d'Ivoire

Fiers artisans de ta grandeur

Tous rassemblés pour ta gloire

Te bâtiront dans le bonheur

 

Fiers Ivoiriens

Le pays nous appelle

Si nous avons dans le sang

Ramené la liberté

 

Notre devoir sera d'être un modèle

De l'espérance promise à l'humanité

En forgeant unis dans la foi nouvelle

La patrie de la vraie fraternité.

Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Jeudi 19 mai 4 19 /05 /Mai 21:37

 

Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Lundi 16 mai 1 16 /05 /Mai 15:31

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTKBPGee6ty0L59YZqSg_UT7Nap4k-vHADsHZCy_5U9_3gEy-XT

 

A quelques jours de la pseudo investiture d'Alassane Ouattara, de gros nuages planent encore sur la Côte d`Ivoire. Des menaces de bruits de bottes se font entendre çà et là.

 

Et ce sont encore de nombreux Ivoiriens, apeurés, qui continuent de fuir leur pays pour trouver refuge chez les voisins, notamment au Ghana malgré les conditions d`existence difficiles qui leur parviennent de cette vie d`exilé. Depuis quelques jours, les appels se font récurrents d`éléments des forces de défense et de sécurité (FDS) qui ont refusé de cautionner le coup d'Etat, qui menacent de revenir par la force au pays et de renverser le nouveau régime installé de force par la communauté internationale. La rumeur courant la ville, bien de ménages ont déjà commencé à faire des provisions pour se mettre à l`abri d`une situation similaire à celle vécue dans les mois de mars et d`avril derniers.

 

Hier dimanche, c`est un message encore plus alarmant qui est parvenu au quotidien ivoirien l'inter, toujours de ces mêmes FDS qui se disent prêts à lancer une nouvelle offensive. "Faut-il en parler ou ignorer le contenu de ce message et se faire complice, par notre négligence, d`une autre situation pour ensuite la regretter?", se demande se quotidien, qui a, enfin de compte, préféré en parler même si cela pourrait déplaire au régime sanguinaire de Ouattara. 

 

Alors que les résistants font planer la menace depuis le Sud-Ouest devenu leur base, la déclaration des FDS non ralliés, qui a été relayée intégralement par téléphone sur un numéro masqué au quotidien l'inter, se veut une mise en garde sérieuse contre le régime ouattara.

 

Ces militaires restés fidèles au président Gbagbo, exigent la libération de Laurent Gbagbo et ses proches, sans cacher leur projet de frappe contre le régime Ouattara dans les jours à venir, probablement avant la date de l`investiture prévue pour le samedi 21 mai prochain. Cet événement, pour lequel des chefs d`Etat du monde entier sont attendus à Yamoussoukro, semble particulièrement ciblé pour mener leur opération présentée comme une ``libération pour les populations ivoiriennes``.

 

A ce propos d`ailleurs, ils lancent un signal aux dirigeants annoncés, qu`ils dissuadent d`effectuer le déplacement en terre ivoirienne. « Nous demandons la libération immédiate et sans condition du président Laurent Gbagbo, de son épouse et de ses proches, avant le 21 mai 2011, s`ils veulent la réconciliation et réussir l`investiture ce jour-là. Nous demandons aux chefs d`Etat invités de s`abstenir du voyage en Côte d`Ivoire.(...). Nous attendons le mot d`ordre de notre chef, avant d`entrer en action dans quelques heures. Nous demandons aux populations ivoiriennes de quitter le territoire ivoirien avant le 21 mai 2011».

 

Ainsi se résume la substance du message de ces combattants toujours fidèles au président Laurent Gbagbo, évanouis dans la nature et restés sourds jusqu`à ce jour aux appels au ralliement dans les casernes du camp Ouattara. Déterminés à renverser la situation, ils dénoncent, au passage, des exactions et exécutions sommaires sur des partisans du chef de l`Etat, son excellence Laurent Gbagbo, dans la commune de Yopougon et en interpellent le Gal Philippe Mangou. «Les partisans et sympathisants du président Laurent Gbagbo ne peuvent plus vivre en paix, ils sont pourchassés et tués. Nous interpellons toute la communauté nationale et internationale de demander à Alassane Ouattara d`arrêter les épurations, car nos hommes sont sur le terrain avec toutes les preuves. (…). Nous interpellons et demandons au Gal Mangou, s`il est encore le chef d`Etat-major, de demander aux forces rebelles de Côte d`Ivoire de quitter Yopougon. Car à l`heure où nous parlons, ces forces continuent d`y perpétrer des exécutions sommaires et des arrestations arbitraires, et le général Mangou sera tenu pour responsable de tous ces faits, s`il ne réagit pas à temps. Nous lui demandons de leur dire de libérer les jeunes innocents emprisonnés dans un magasin de la station Lubafrique de Niangon au terminus 27, sous-prétexte qu`ils seraient des miliciens et à qui ils réclament la somme de 10.000 francs CFA pour les libérer».

 

Ces soldats pro-Gbagbo, qui demandent à la population de commencer déjà à sécher ses larmes, ne cachent pas leur connexion avec leurs camarades,qui ont créé un kyste à l`Ouest. « Nous remercions et encourageons nos amis qui se battent contre les forces rebelles à l`Ouest et sur toute l`étendue du territoire national», concluent-ils dans ce message, qui achève de convaincre quant à des lendemains toujours incertains en Côte d`Ivoire. Comment ces éléments encore tapis dans l`ombre comptent-ils triompher en présence des forces impartiales de l`opération des nations unies et de la Licorne?

 

Peuvent-ils livrer bataille alors que leur mentor, le président Gbagbo et tous ses proches sont détenus loin dans les zones du Nord verrouillées par les hommes à Guillaume Soro? 

 Affaire à suivre...

 

http://cotedivoire-lavraie.over-blog.fr/article-les-forces-resistantes-nous-livrent-un-message-a-lire-absolument-73954483.html

 

Source: L'inter

Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Lundi 16 mai 1 16 /05 /Mai 12:40
Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Dimanche 15 mai 7 15 /05 /Mai 09:47

Depuis vendredi 13 mai les combats font rage à Méagui, située entre San Pédro et Soubré.

De nombreux rebelles à la solde de Ouattara sont tombés, les hopitaux et personnels soignants sont réquisitionnés pour les soigner.

Dépêche Revuedepresse

http://www.ladepechedabidjan.net/Cote-d-Ivoire-Intenses-combats-a-Meagui-28-000-morts-a-Abidjan_a3056.html

Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance
Vendredi 13 mai 5 13 /05 /Mai 17:28


Nigeria : Goodluck Jonathan lapidé en Ouganda !

En Ouganda, la voiture du président nigérian attaquée par la foule

La police ougandaise a ouvert le feu ce jeudi sur une foule qui s'attaquait à la voiture transportant le président nigérian Goodluck Jonathan, venu à Kampala pour assister à la cérémonie d’investiture du président élu Yoweri Museveni.

Selon un porte-parole officiel, une personne au moins a été tuée.

«La voiture appartenant à Goodluck Jonathan a été attaquée à coups de pierres par la foule», a déclaré Fred Opolot, directeur du Centre gouvernemental des médias. «La sécurité a ouvert le feu et une personne au moins a été abattue».

Reuters

 

http://www.ibenin.com/2011/05/13/nigeria-goodluck-jonathan-lapide-en-ouganda/

Par revuedepressecigbagbo.over-blog.com - Publié dans : Résistance

Présentation

Recherche

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés